· 

"Nous sommes venus sur la Terre pour donner, et non pour prendre"

Yogi Bhajan, 6 juin 2004

 Ce constat, si beau et si simple en apparence, peut parfois être difficile à appliquer. En effet, lorsque nous nous sentons en pénurie, lorsqu’on a mal, lorsqu’on a peur, lorsqu’on a froid, notre cerveau limbique (ce que Yogi Bhajan appelait notre partie animale, c'est-à-dire notre instinct de survie, nos pulsions, etc.) tend à faire surface et nous incite à « prendre », à agripper, à arracher au besoin, tout qui semble nous offrir un minimum de sécurité ou de réconfort, même si ce sont de fausses sécurités et de faux réconforts. 

 

Dans de telles circonstances, il semble bien plus naturel de prendre que de donner ! Le problème, c’est que ce que l’on prend avec cette attitude de manque ne fait qu’approfondir notre vide intérieur et notre désillusion.

Alors comment s'extirper de ce cercle vicieux ? Comment arriver àdonner plutôt qu’à prendre quand on a l’impression de n’avoir rien à donner ou d’être vide ou victime des aléas de la vie ?

 

La première étape, celle qui m’apparaît la plus cruciale, consiste à ne surtout pas se juger pour ce que l’on ressent (la douleur, la colère, la tristesse, etc.). Aussi inconfortables que puissent être ces émotions, elles sont des alliées importantes de notre chemin de guérison. Le premier pas consiste donc à s’accueillir pleinement. À cesser de se juger, et à accepter que certains passages de la vie soient particulièrement difficiles. 

 

« Ça aussi c’est plus facile à dire qu’à faire », me répondrez-vous !  Et vous aurez bien raison ! C’est là que le yoga et la méditation entrent en jeu.   Tellement de gens voient le yoga comme une série d’exercices visant à faire de nous des Bretzels humains ou des athlètes ! C’est une perception totalement biaisée! Le yoga est d'abord et avant tout une invitation à se détendre afin de pouvoir accepter toutes les parties de notre être. 

 

Une fois que l’on parvient à cesser de se battre pour repousser certaines parties de soi que l’on juge honteuses, indignes ou inappropriées, on peut commencer à percevoir l’ensemble de notre être, et donc voir aussi les parties lumineuses de nous-même. Cette vision plus large et la compréhension que nous sommes tous composés d’ombre et de lumière nous permet de se détendre. Et dans cet espace de détente, la gratitude peut commencer à être cultivée. Comme un muscle qui se développe au fur et à mesure que nous l’exerçons, la gratitude se développe et croit graduellement en nous lorsque nous créons les conditions favorables en nous-même pour la ressentir et que nous nous appliquons à la cultiver jour après jour. 

 

Plus la gratitude s’installe en nous, plus nous nous sentons apaisés, riches et complets, quelques soient les circonstances extérieures. Dans cet état de plénitude, l’acte de « donner » émerge de lui-même, tout comme dans les états d’insécurité et de manque l’acte de « prendre » surgissait de lui-même.  Mais donner goûte tellement meilleur que de prendre ! Car paradoxalement, plus nous prenons (non pas au sens de recevoir avec gratitude les cadeaux de la vie mais bien au sens d’arracher à la vie ou à autrui ce dont nous estimons avoir de besoin, par la manipulation, la menace, l’imposition ou d’autres stratagèmes malheureux) plus nous sommes vides. Et en contrepartie, plus nous nous installons dans notre sentiment de plénitude et offrons à partir de cet espace intérieur, plus nous nous sentons riches, comblés et complets. Et un cercle vertueux d’abondance remplace alors le cercle vicieux du manque. 

 

Le chemin que je vous décris ici est accessible à chaque d’entre nous. Il n’est pas réservé à quelques élus. Faire l’effort d’inverser la tendance – engendrer un cercle vertueux ou lieu d’un cercle vicieux – demande certes des efforts, mais rester dans la souffrance et le manque en requiert encore d’avantage ! Alors n’attendez plus ! Profitez du printemps qui s’amorce pour faire un premier don, un premier cadeau, et soyez-en le récipiendaire : offrez-vous les outils et les conditions nécessaires à votre détente et votre paix intérieure. 

 

Encore ce mois-ci, l’horaire de Yoga Kikau regorge d’opportunités pour vous permettre, chacun à votre manière, de laisser entrer le soleil dans votre vie, desserrer les dents et pouvoir offrir au monde entier la version la plus aimante et lumineuse de vous-même !

 

Vous offrir ces opportunités nous réchauffe le cœur, et nous espérons que vous en aurez le bonheur de les savourer pleinement.

 

Au plaisir de vous accueillir,

 

 Kirinjot

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Donatienne (lundi, 29 avril 2019 18:06)

    Merci ,de tout cœur merci .

    Alors que nous sommes noyés d’informations et de **bons** mots en tout genre ,il y a des instants précieux..
    Et c’est alors que l’univers ou ces êtres de lumière nous touchent particulièrement .
    Aujourd’hui c’etait TOI Chère Sandra .
    Gratitude pour tes sourires partagés .
    A très bientôt
    Bien à toi.
    Donatienne

  • #2

    Sandra / Kirinjot (lundi, 29 avril 2019 19:26)

    Oh merci chère Donatienne ! Heureuse d'avoir pu être pour toi ce vecteur de lumière aujourd'hui ;-)
    xx